Un été ne peut pas bien débuter sans un passage sur l’hippodrome de Longchamp (même si là, on n’est pas sûr qu’il commence un jour). Ici, point de canasson mais plutôt du bon son. Au programme de ce Solidays 2016 ? 80 concerts sur 3 jours. Point le temps de s’ennuyer donc du 24 au 26 juin. Mais comme pour tout festival de qualité, il va falloir faire des choix. La programmation n’étant pas encore complète, on vous propose quand même un premier défrichage des lives à voir. Une chose est sûre : il y en aura pour tous les goûts !

Vendredi 24 juin

On l’a déjà vu à Solidays (enfin pas vraiment, on était derrière la grande tour des lumières) et c’était bien sympathique. On ira donc sûrement faire un coucou à notre ami Patrice. Beaucoup de soleil dans la musique de l’allemand qui saura parfaitement accompagner notre début de festival. Un autre live qui s’annonce bien chouette : celui des frenchys de We Are Match. Alors que leur premier album Shores est déjà disponible pour toutes les oreilles, on attend de voir ce que ça donne en live, après les avoir ratés à la Maroquinerie. Mais on ne doute point que les petits sauront nous faire danser comme des petits requins endiablés ! Après, place au gros son ! Déjà avec les Flatbush Zombies et leur Beast Coast (on en a parlé il y a peu sur le site) mais aussi avec la plus que talentueuse Louisahhh!!! qui fera balancer les corps à la Greenroom stage. On n’oubliera point les lives de M83 qui promet de très belles choses et celui de Flume qui, bien que n’aimant pas la scène, sait sortir les bons beats pour une ambiance garantie.

Samedi 25 juin

Après cette mise en bouche, le deuxième jour des festivités s’annonce tout aussi prometteur pour l’instant. Un des lives que l’on attend avec impatience ? Voyage musical garanti avec le duo Odesza et leur chill-wave bien dansante. Puis changement d’ambiance avec deux grands dames qui n’ont plus rien à prouver : la première nous vient de Trinidad et vient de sortir son nouvel album Far From Home. Son nom : Calpypso Rose. A 70 ans, la reine n’a rien à envier aux petits jeunots et saura nous ambiancer comme il se doit. La seconde a trois Grammy à son actif et une liste de collaborations prestigieuses longue comme le bras. Avec sa voix puissante, Angélique Kidjo éclatera de toute sa classe pour un moment qui s’annonce grand !

Allez, on continue notre tour des lives avec la bande de Deluxe et leur son coloré à souhait. Véritables bêtes de scène, on sait d’ores et déjà qu’on ne sera pas déçu par les frenchys. Un autre français qu’on aime beaucoup : mister Oxmo Puccino. Beaucoup d’élégance dans son rap qu’il ne faudra pas rater. On ira aussi faire un tour au concert des Wanton Bishops. Déjà repérés à Amiens lors du Festiv’art, ces libanais délivrent un rock brut de décoffrage et crasseux comme il faut. Dans un autre style mais tout aussi puissant, Nathaniel Rateliff nous dévoilera son univers savoureux, accompagné de ses Night Sweats.

Deux grosses têtes d’affiche ce soir-là : le duo français de The Shoes et le bassiste de folie Keziah Jones. Dans les deux cas, du gros son est attendu à Longchamp…

Dimanche 26 juin

Avec deux jours de bon son dans les oreilles, il ne faudra pas faiblir pour les derniers concert du festival. S’il ne fallait aller voir qu’un seul live en ce dernier dimanche de juin, ce serait forcément celui de St Germain : après 15 ans d’absence, Ludovic Navarre est revenu en grande forme avec un nouvel opus tout simplement savoureux, mélangeant parfaitement les sonorités africaines à sa touche électro. Alors autant vous dire que nous sommes plus qu’impatient de découvrir ce nouveau live… On ne ratera pas aussi le duo Nôze et ce son délicieux mêlant habilement house et jazz. Autant vous dire que la Greeroom stage va vibrer en ce dernier jour de Solidays ! Décidément, les français seront bien présents dans notre programme : le bordelais Talisco nous fera le plaisir de revenir à Longchamp pour nous embarquer dans son univers clair-obscur. Beau moment en perspective.

Allez, on fera un petit tour du côté de la Californie avec les mythiques Cypress Hill. On n’est pas forcément fan de toutes leurs productions mais une chose est sûre : en live, ça envoie sévère ! Alors on ne se privera pas de dandiner sur le gros son de la West Coast. Et… on retourne piocher dans notre vivier national  (oui, très patriotique) pour un autre live qui s’annonce bien cool : celui des Naive New Beaters et de leur univers WTF. Leurs albums ne sont pas forcément du grand art mais on passe toujours un bon moment en compagnie de la triade infernale. Et c’est tout ce qu’on demande !

Retrouvez toute la programmation sur le site officiel de Solidays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.