Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

Crédit photos : Sarah Ethève pour Now Playing.

Après une première soirée déjà haute en couleur, nous voilà de retour sur l’hippodrome de Longchamp encore bien chauffé par un soleil caniculaire. Et qui dit beau temps, dit tenue estivale : shorts, marcel et autre couronnes de fleurs sont de sortis chez nos très nombreux festivaliers du samedi. Un parfum de We Love Green plane (sans le côté relou hipster omniprésent). Après un passage à la buvette presse pour goûter une délicieuse Justine (blanc, calva, framboise => oui, être rédacteur a ses avantages), prenons place sous le Dôme pour le premier live de la soirée.

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

Yael Naïm

Encore un concert qu’on n’avait pas prévu d’aller voir en ce dernier weekend de juin. Même si la demoiselle nous a toujours charmé avec ses morceaux raffinés, l’ennui pointait vite le bout de son nez à l’écoute de ses albums. C’est grâce à la trinité vocale qui l’accompagne, les 3somesisters, que nous nous sommes décidé à sauter le pas. Et on a bien fait ! Avec sa voix de velours et son jeu de piano tout en finesse, la franco-israélienne a littéralement ébloui le chapiteau de sa classe. Malgré quelques moments où le silence aurait été souhaitable pour apprécier les arpèges de la demoiselle, le public a su se montrer à la hauteur  en reprenant en chœur et accompagnant la chanteuse sur ses titres phares. Et que dire de sa version de « Toxic » ? Un délice. Mais on vous l’a dit plus haut, les morceaux de Yael n’auraient pas la même saveur sans les vocalises aériennes des trois comparses des 3somesisters. Charmeurs et charmants, les trois acolytes ont servi une belle prestation encore une fois. A quand un live Solidays pour eux seuls ?

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

IAM

Après un détour par le très bon set de Château Marmont à la GreenRoom et un sandwich raclette (oui, par 30°C, c’est quelque chose), nous prenons place dans la foule déjà bien dense qui attend LE concert de la soirée. Et pour cause, les jedis du rap ont prévu d’enflammer la scène Paris d’ici 30 minutes. Autant vous dire que l’attente devient fébrile au fur et à mesure que l’événement approche. Mais pour l’heure, c’est jet de capote d’eau (salutaire avec cette chaleur) et hymne au PSG parmi nos congénères (oui, il y a des malins partout). Mais trêve de plaisanteries, c’est l’heure, IAM entre dans la place. On oublie les errances d’Akhenaton pour une certaine marque de soda. Dès les premières rimes, c’est la graaande claque ! 26 ans depuis leurs premiers morceaux. Et bien on peut vous dire qu’ils n’ont pas pris une ride ! Maniant les mots comme des rois, Akhenaton et Shurik’n mettent le public complètement sens dessus/dessous. On danse le MIA, on chante « Petit Frère », on bascule du côté obscur. Et on se prend un des plus gros shoots du weekend. On a beau dire mais les maîtres, ce sont bien eux.

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

Le Nova [MIX] Club

On aurait aimé mettre Caribou dans nos coups de cœur. Vraiment. Mais malheureusement, il n’y a pas eu ce petit truc qui nous a fait chavirer. Pourtant, ça commençait plutôt pas mal : rien que l’extraction de la foule encore sonnée par l’ouragan IAM a été des plus sympathiques. Vous avez déjà vu des films catastrophes où des hordes d’âmes en détresse se ruent vers un destination inconnue ? Eh bien c’était un peu ça sur le chemin entre la scène Paris et la scène Bagatelle. On aurait eu une petite marche des Walkyries en fond sonore et ça aurait été parfait. Vous l’aurez donc compris, beaucoup de monde avait pris rendez-vous avec le grand gourou de l’électro. C’est donc sur un des côtés que nous avons assisté au set du bonhomme. Est-ce la raison de notre principal critique envers ce concert qui aurait pu être merveilleux ? Le son était tout simplement pourri. A part des boum boum et des bribes de mélodies, il était très difficile d’apprécier à sa juste valeur le son du canadien. Même pendant l’hymne « I Can’t Do Whithout You », les voix étaient inaudibles. Dommage…

Heureusement, nous avons pu nous consoler de la meilleure des manières avec les petits gars du Mellotron. Il est 2h du matin, la fatigue commence à se faire sentir. Mais ne vous inquiétez pas, les deux acolytes de la webradio ont tout prévu pour nous remettre d’aplomb. Et quoi de mieux pour commencer qu’un sample mystique de « See Lion Woman » par la grande Nina Simone ? Aussi bien dosé qu’un mojito au cœur de Little Havana, le mix du Mellotron aura à la fois invoqué les vaudous de la soul, du funk et du groove ! Congrats les garçons ! Mais comme dirait l’autre « c’est pas fini ! »  Sans nous laisser une seconde de repos, le collectif Mawimbi prend le contrôle des manettes pour nous propulser dans une ambiance africaine des plus électrisante. Nos gambettes ne s’en sont toujours pas remises.

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

Solidays #15 : nos coups de cœur du samedi

C’est donc épuisé mais heureux que nous achevons notre grande aventure Solidays. Pas de concerts pour nous le dimanche mais on a ouïe dire que le dernier jour a été à l’image des autres : MAGIQUE.

A propos de l'auteur

Sarah Ethève
Rédactrice en chef indie - Responsable partenariats

Rédactrice en chef indie - Responsable événementiel. Dans la vraie vie, RP / CM indépendante dans la musique. Signes particuliers : peut rester des nuits entières à te parler de l’envoûtant "Sinnerman" de Nina Simone et du jeu tout en délicatesse de Chopin; amatrice de chocapics /

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.