Le froid est bel et bien installé. Les journées sont de plus en plus courtes et de plus en plus sombres. Plus aucun doute n’est permis : winter is coming ! Alors on prépare sa playlist spécial hibernation et on y rajoute ces 5 albums !

Bon Iver – 22, A Million

A-t-on encore besoin de présenter le groupe de Justin Vernon ? De retour avec 22, A Million, Bon Iver fait ce qu’ils font de mieux. Plus expérimental que l’album Bon Iver, Bon Iver, moins folk traditionnellement parlant que For Emma, Forever Ago, entre samples gospel et références religieuses (« 666 ʇ, » , »33 ‘GOD. »), 22, A Million est l’album le plus « sombre » du groupe à ce jour. Toujours aussi fabuleux !

Agnès Obel – Citizen Of Glass

Alors que les notes de piano de « Riverside » résonnent encore dans nos oreilles et au plus profond de nous, Agnès Obel revient avec Citizen Of Glass. Et comme le dit le titre « It’s Happening Again », on se remet à vibrer. De « Golden green » à « Familiar », impossible ne pas se laisser porter par l’envolée de voix de piano et de cordes. Encore une fois, Agnès réchauffe nos oreilles, nos cœurs et nos douces soirées d’automne et d’hiver.

Julien Doré – &

Il y a quelque chose de solaire dans la musique de Julien Doré. Un genre de chaleur qui irradie et réconforte. Si &, son dernier album, ne nous fait pas totalement revivre les frisson de LØVE, il n’en reste pas moins un pur produit Julien Doré (parfois un peu trop…« Le Lac » ressemblant à une redite de l’excellent « Paris-Seychelles »). Mais peu importe finalement, à l’écoute de titres tels que « Sublime & Silence », il nous suffit de fermer les yeux pour nous laisser porter et oublier la grisaille.

D.R.A.M – Big Baby D.R.A.M

Après une série d’EPs, D.R.AM. a enfin sorti son premier album Big Baby D.R.A.M. Et le rappeur/chanteur nous livre un album…joyeux. L’impression générale qui se dégage des 13 titres, c’est une générosité et une joie de vivre apparente chez D.R.A.M. Young Thug ou encore Erykah Badu font partie de l’aventure. Et alors qu’on retrouve, pour notre plus grand bonheur, les sonorités R&B des années 90 dans « Monticello Ave », on n’hésite pas une seule seconde à s’envelopper dans la voix du rappeur/chanteur sur des titres comme « Change my # «  ou « Wifi » pour une soirée au chaud.

James Vincent McMorrow – We Move

Allumez le feu de la cheminée, allez chercher un plaid et une tasse e thé ou de chocolat chaud, installez-vous confortablement et appuyez sur « play ». Avec son 3eme album, James Vincent McMorrow prend un virage à 180° et dévoile sa face groovy. Grand fan de hip hop, James Vincent réalise peut être ici l’album qu’il a toujours rêvé de faire. : du hip hop/R&b enrobé dans un écrin de folk acoustique. Un album pour les nuits froides près du feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.