Les 38èmes Rencontres Trans Musicales de Rennes, c’est déjà demain ! Après des heures passées à se perdre dans la jungle de ce festival défricheur, à écouter sans relâche de la bonne musique (pauvre de nous !) il nous a fallu de nouveau faire face à notre épreuve cornélienne annuelle : quels groupes conseiller en priorité à nos lecteurs adorés ? Le choix fut encore une fois difficile, mais s’il ne devait en rester que 10, pour nous, ce seraient ceux-là.

Fishbach (Mercredi, jeudi, vendredi, samedi , dimanche, à l’Aire Libre)
Il semble évident que le programmateur des Trans Musicales parie gros sur Fishbach, en la programmant cinq soirs d’affilé sur une scène où l’ont précédé entre autres Stromae, Jeanne Added ou Benjamin Clementine. Et on ne saurait lui donner tort tant l’electro-pop de cette fille spirituelle de Catherine Ringer fascine. Vous risquez d’entendre beaucoup parler d’elle dans un avenir proche. Alors pourquoi ne pas succomber dès maintenant ?

– Pink Oculus (Jeudi à 17h45, à l’Ubu)
Avis aux nostalgiques de Missy Elliott, la relève est là ! Pink Oculus est probablement notre coup de cœur de cette édition. Des instrus hip-hop groovy et testostéronées, sur lesquelles se pose une voix de velours à la féminité fière. Est-il nécessaire de vous en dire plus pour vous faire saliver ?

Stolen (Jeudi à 21h15, Hall 8 du Parc Expo)
Ce n’est pas tous les jours que nous avons l’occasion de mettre en avant un groupe chinois. Et quel groupe, bon sang ! Leur cold wave abrasive, matinée d’électro et de rock progressif, est aussi hypnotique qu’entraînante. Et le charisme de leur chanteur ne peut laisser quiconque de marbre. Des cousins asiatiques dark de LCD Soundsystem, en quelques sortes. Et au vu de la maturité artistique et de l’efficacité du groupe, il est effarant de voir que leurs vidéos dépassent à peine les centaines de vues sur you tube. Il va falloir changer ça tout de suite !

Sandor (Vendredi à 19h00, à l’Ubu)
Les amours tristes sont des sources inépuisables de chefs-d’œuvre musicaux. De cette thématique intemporelle Sandor tire des chroniques modernes, élégantes et poétiques, qui exorcisent les peines de cœur. Une musique de surlendemains de cuites, quand les corps ont évacué les substances toxiques et que le vague à l’âme se dissipe dans la vie qui reprend son cours. L’avenir de la chanson francophone est peut-être bien à chercher en terres helvétiques…

– The Jacques (Vendredi à 23h10, Hall 3 du Parc Expo)
Ce refrain est vieux comme le monde (ou du moins vieux comme les Kinks), mais en matière de rock, les britanniques sont les meilleurs. Pas de débat possible. S’il reste encore quelques sceptiques après cette démonstration aussi bancale que dogmatique, The Jacques va se charger de les convaincre. Biberonnés aux Libertines et aux Strokes, ces quatre gamins de Bristol n’ont même pas attendu d’avoir la voix qui mue pour talonner leurs ancêtres. Chapeau (melon, forcément)!

Tiggs Da Author (Vendredi à 00h00, Hall 9 du Parc Expo)
Vous vous emmêliez déjà les pinceaux entre les Tyler The Creator, Dan The Automator et autres Chance The Rapper? Pas de chance, il va falloir ajouter un nom à la liste. Tiggs Da Author s’annonce d’ores et déjà comme un futur grand nom. Le genre de mec qui manie aussi bien la soul que le hip-hop avec classe, aisance et décontraction. Et modestie, aussi ! Pas d’ego-trip ici, uniquement des morceaux à l’énergie communicative. De la « feel good music », dans le bon sens du terme.

Leska (Vendredi à 02h00, hall 8 du Parc Expo)
Si vous suivez avec assiduité nos publications, vous devez savoir que nous sommes fans des compositions futur beat de Douchka et de l’electronica de Les Gordon. Ça ne vous surprendra donc pas que nous soyons particulièrement hypés par leur projet de duo : Leska. Nous avons d’ailleurs pu assister en exclusivité aux répétitions de leur set live, qui annonce du lourd !

Cliché (Samedi à 12h45, au Théatre du Vieux Saint-Etienne)
On ne remerciera jamais assez des groupes comme La Femme d’avoir décomplexé leurs congénères francophones, en prouvant que la pop et le rock chantés en français n’étaient pas honteux, loin de là ! Dans la brèche ainsi ouverte se sont déjà engouffrés pour notre plus grand bonheur des groupes comme Feu Chatterton, Paradis, Bagarre, Polo y Pan ou Grand Blanc. Les prochains à ajouter à cette belle liste se nomment Cliché, des bordelais qui prolongent cette lignée de la plus belle des façons.

Meute (Samedi à 04h00, Hall 8 du Parc Expo)
L’année dernière, la palme du délire le plus contagieux était sans conteste revenue à Steve’n’Seagulls, dont les reprises de classiques de hard rock à la sauce blue grass avaient rendu dingue un hall rempli de plusieurs milliers de personnes. Nous parions donc que cette année le prix reviendra à Meute, dont les reprises de classiques de la techno à la sauce fanfare risquent fort de retourner le parc expo de Rennes!

NVDES (Dimanche à 23h00, à l’Ubu)
NVDES (doit-on prononcer “Nudes” ou “Invades”?) aurait pu être un groupe à succès dans la deuxième moitié des années 2000. Ce qui dans notre bouche est loin d’être péjoratif, puisque à cette époque les rois et les reines se nommaient entre autres LCD Soundsystem, Soulwax, Metronomy ou New Young Pony Club. NVDES perpétue cet héritage tout en le mettant volontairement à mal, en prenant soin de sortir des morceaux sans en polir les contours. Si creuser dans cette lointaine époque peut sonner aux oreilles de certains « digital natives » comme de l’archéologie, il ne faut pas oublier que c’est en creusant la terre que l’on trouve des pépites d’or brut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.