Triggerfinger

Si un festival assure sa promotion par ce qu’il appelle ses « têtes d’affiche », les music lovers que nous sommes s’y rendent également le cœur gonflé d’espoir à l’idée découvrir de nouveaux noms.

Je fais partie de ceux qui considèrent qu’un bon groupe est avant tout un groupe bon en live. N’est-ce pas là leur but, à tous ces musiciens ? Faire ce qu’ils aiment devant un public ? Faire vivre à cette foule ces sons qui sortent de leurs tripes ? On est d’accord… Si le Main Square 2014 regorgeait de pépites, il y en a une qui a attiré plus particulièrement mon attention : le groupe de stoner rock Triggerfinger. La formation est composée de Ruben Block (guitare et chant), Paul Van Bruystegem (basse) et Mario Goossens (batterie).

Assez incroyable de se dire qu’on a pu passer à coté de ces Belges jusque là. By Absence Of The Sun, sorti cette année, est déjà leur 5ème opus studio et ils parcourent leur pays natal en long en large et en travers depuis 15 ans. Superstars en Belgique, en Allemagne et en Hollande, il ne percent pas en France. Pourtant, impossible de ne pas être attiré par l’énergie que les trois musiciens dévoilent sur scène. En 2011, Mario Goossens a été élu « meilleur musicien » aux Victoires de la Musique Belge. Cette même année, le groupe sort vainqueur de la catégorie « groupe de l’année ». Et pour cause, ils nous livrent un show pointu, énervé et de qualité qui ravit fans, néophytes et rockeurs de tous horizons.

Nombreux sont les groupes qui sortent de bons albums mais sont incapables de les faire vivre sur une grande scène (à l’image des Black Keys, ma déception de ce Main Square 2014). Les Triggerfinger font partie de ceux dont les albums sont maîtrisés aussi bien en live qu’en studio. Aux airs de ce qu’on fait de mieux outre-Manche, les basses bondissent, la batterie puissante accompagne la voix ensorcelante de Ruben, et les bottes claquent. Album multi-facettes, certains titres prennent des allures de vieux tubes de Soundgarden, Black Rebel Mortorcycle, Queens of the Stone Age ou encore ZZ Top… Des compositions banales diront certains détracteurs. Sans doute, après tout on ne peut pas tout ré-inventer. Elles n’en restent pas moins diablement efficaces.

Plaisir inavouable, Triggerfinger nous emmène dans les riffs sombres et profonds des groupes de stoner des années 90, mais a trouvé la fraîcheur qu’il manquait à l’époque. Incontestablement un groupe de live, Triggerfinger est à découvrir en tournée européenne (et beaucoup en France) pendant tout l’été !

FacebookTwitter /Site

A propos de l'auteur

Azulita
Rédactrice Rock

Élevée dans les vignes, l'Azulita cultive 2 passions : la musique (rock en général) et un certain "écrivain d'horreur". Photographe argentique et analogue, elle brasse les pubs miteux de la capitale à la recherche de nouveaux talents pêchus. Grande, multi-tatouée, runneuse invétérée, communicante passionnée : l'Azulita a le cœur d'un enfant. Dans un bocal sur son bureau.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.