Quand arrive l’été et le soleil, on a tous l’esprit vagabond. On rêve d’ailleurs, de nouveaux paysages. Et que vous partiez sur les routes ou non, une chose est sure, l’été se vit en musique. Cette année, Jehro risque d’ailleurs fort d’être l’artiste qui vous accompagnera.

Jérôme Cotta, de son vrai nom, est un autodidacte ayant suivi les pas d’un père musicien tout en gardant une oreille attentives à toutes les sonorités l’entourant. Au fil du temps il développe une très large culture musicale qui se devait tôt ou tard de ressurgir. Ainsi en 2006, il sort un premier album autoproduit avec peu de moyens mais où son talent fait déjà toute la différence. Riche des musiques du monde et principalement caribéennes, c’est le début d’un succès critique qui s’amplifiera. La voix subtilement voilée de Jehro devient rapidement reconnaissable et ce melting-pot musical, une marque de fabrique.

Bohemian Soul Songs, un disque enregistré à Los Angeles sous la houlette de Mitchell Froom (Suzanne Vega, Elvis Costello, Sheryl Crow, Pearl Jam). Il est loin le temps des enregistrements avec pour seul équipement un ordinateur et un compresseur. Pourtant, bien que particulièrement bien produit, cet album ne perd pas ce qui fait la spécificité de la musique de Jehro. On y conserve une très grande richesse sonore pour un ensemble qui se tourne d’avantage vers une esthétique acoustique.

Ce dernier album est solaire, utopique et positif. On trouve des sourires dans ces grooves funky, caribéens ou bien flirtant avec la bossa nova comme sur « On My Own ». Froom et Jehro ont beaucoup échangé pour préparer cet opus et cela se sent. Mitchell a véritablement capté l’ADN de la musique de l’artiste. Son travail d’instrumentation est remarquable et lorsque qu’il en appelle aux instruments à vents ou aux violons, c’est pour magnifier les influences jazzy ou rendre cette dimension suave et gracile qui parcourt tout l’album produisant alors un sentiment agréable, doux et ineffable.

« How Long », le premier extrait de l’album, très entrainant avec sa basse prenante, résume bien l’ensemble. La voix de Jehro se révèle sur un refrain funky et devient le soleil de ce qui apparait comme un hymne. Une chanson qui s’accroche à nous et qui entre en résonance avec nos vies. Une façon de voir le monde de manière plus naturaliste, plus vraie pour celui qui sait se poser et observer. Une leçon de vie toute simple.

Et des mélodies accrocheuses il n’en manque pas dans Bohemian Soul Songs. Nos deux coups de cœur vont d’ailleurs à des titres assez différents et qui sont la preuve du large spectre que couvre la musique de Jehro. D’un côté, « If I Could Change The World » est une magnifique ballade dans laquelle on se perd pour mieux rêver d’un avenir radieux et de l’autre, « Save Me » est un morceau tourné vers des rythmiques complexes aux influences africaines. Ecouter cet album c’est tout simplement voyager. « Era Nova », par exemple, nous invite au Brésil et l’Anglais des textes fait doucement place au Portugais. Une fraîcheur bien agréable dans le paysage musical actuel de la pop-acoustique.

Jehro est un artiste d’une richesse passionnante et son travail porte très fièrement cette marque. Ce dernier album n’en fait jamais des tonnes mais sonne juste à chaque instant. C’est avec douceur qu’il s’inscrit dans notre esprit et qu’il nous accroche définitivement. Bohemian Soul Songs est de ces albums qu’on aimerait sans fin. Comme les voyages, il nous laisse un doux sentiment de nostalgie et de beaux souvenirs.

A propos de l'auteur

Jay
Rédacteur Pop / Rock

L'esprit vagabond, toujours sur la route musicale, Jay est un passionné de musique nord-américaine. Du bon vieux Blues à la scène Indie plus actuelle, il aime les artistes bohèmes capables de vous transpercer l'âme avec une simple guitare sans se soucier des frontières et des cases prédéfinies. Curieux et fasciné par le vintage c'est également un collectionneur qui aime fouiner à la recherche de curiosités et autres vieilleries sur vinyle. Jay est aussi animateur et producteur de American Music Route.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.